La Réforme dans l'espace germanique au XVIe siècle

  Du milieu du XVIe siècle à 1793, Montbéliard a été le centre d’une principauté luthérienne et wurtembergeoise enclavée dans des terres françaises et catholiques. Cette situation très particulière a marqué profondément l’histoire de ce petit Pays qui reste aujourd’hui un terrain privilégié du luthéranisme français.

La présence au musée du Château, à l’automne 2004, d’une remarquable exposition intitulée Les images du temps de la Réforme, prêtée par le Schloßmuseum de Gotha (Thuringe, Allemagne), a été l’occasion pour la ville de Montbéliard et la Société d’Émulation de Montbéliard d’organiser un colloque international les 8 et 9 octobre 2004.

S’adressant à un public francophone généralement peu familier de ces images et du contexte dans lequel elles s’inscrivent, il a semblé nécessaire aux responsables scientifiques de faire d’abord une présentation générale de la naissance et de l’essor de la Réforme en Allemagne, en évoquant aussi l’importance de l’imprimerie et de la gravure pour la propagation des idées nouvelles ; puis a été abordée plus précisément la question complexe de l’image, terme générique qui recouvre des sens différents. En effet, quand les réformateurs rejettent l’image d’adoration, il s’agit de fait des peintures et des sculptures ecclésiales faisant l’objet de la dévotion des fidèles ; ce sont ces œuvres qui ont été les victimes de l’iconoclasme, puissant mouvement de rejet d’une certaine relation  magique  de l’homme à l’image. Dans un deuxième temps, les représentations bibliques referont leur apparition dans les églises des régions luthériennes, à des fins explicitement et uniquement pédagogiques, alors que dans l’aire zwingliano-calvinienne, toute image figurative sera bannie des lieux de culte.
En revanche, la gravure, en tant que medium de diffusion peu onéreux et s’adressant notamment au public illettré, a été abondamment utilisée par toutes les composantes de la Réforme d’abord et surtout dans la polémique contre l’Église, mais aussi, un peu plus tard, dans l’illustration biblique et plus spécifiquement dans le luthéranisme, pour visualiser les concepts  clé  des doctrines nouvelles. Le fait que presque tous les artistes allemands se soient rapidement ralliés à la Réforme explique que de nombreuses gravures sont de belle qualité esthétique, même si ce point n’était évidemment pas le but premier des concepteurs
.


Sommaire

Berndt Schäfer, conservateur du Schloßmuseum de Gotha (Thuringe, Allemagne)
Die Geschichte der gothaischen Kunstsammlung unter besonderer
Berücksichtigung des Kupferstichkabinetts / Historique de la collection de gravures du musée de Gotha


La Réforme luthérienne dans l’espace germanique et dans la principauté de Montbéliard

Bernard Vogler, professeur émérite d’histoire moderne, université de Strasbourg
La Réforme dans l’espace germanique (1517-1555)

Jean-Marc Debard, maître de conférences honoraire, université de Franche-Comté
De Farel à Toussain : les trois Réformes de Montbéliard au XVIe siècle.

Harald Schukraft, historien, Stuttgart
Le duc Ulrich de Wurtemberg, prince de la Réforme

Réforme et images


Marc Lienhard, professeur émérite d’histoire de la Réforme, faculté de théologie protestante, université de Strasbourg
Luther et les images

Frank Muller, professeur d’histoire moderne, université de Nancy
Les artistes et la Réforme dans l’espace germanique

Nicole de Laharpe, maître de conférences de civilisation allemande, université de Franche-Comté
Carlstadt et l’abolition des images

Freya Strecker, Privatdozentin, université de Tubigen
Die Protestanten und die Kirchliche Kunst : Versuch einer Differenzierug /
Les protestants et l’art religieux, différents points de vue
.

Claire Gantet, maître de conférences d’histoire moderne, université de Paris I, Max Planck Institut, Berlin
Visions et visualisations de la Réforme : Le Songe de Frédéric le Sage et le Songe de Nabuchodonosor

Olivier Christin, professeur d’histoire moderne, université de Lyon II, directeur d’études à l’École pratique des hautes études
La différence entre un moine et un chrétien d’Erhard Schoen

Reinhard Bodenmann, docteur en histoire et William Kemp
Les faictz de Jésus Christ et du Pape (fin 1533, début 1534).
Aux origines germaniques d’un traité illustré de langue française

La riposte catholique


Paul Delsalle, maître de conférences d’histoire moderne, université de Franche-Comté
La  surprise  huguenote de Besançon en 1575 : une approche iconographique

Michel Vernus, professeur d’histoire contemporaine université de Franche-Comté
L’image au service du clergé catholique comtois (XVIIe-XVIIIe siècles)

Les images dans l’impression montbéliardaise : autour de Jacques Foillet


André Ferrer, maître de conférences d’histoire moderne, université de Franche-Comté
L’artisanat papetier dans le Pays de Montbéliard à l’époque de la Renaissance

André Bouvard, docteur en histoire, vice-président de la Société d’Émulation de Montbéliard
Jacques Foillet, imprimeur de son Excellence (1586-1619)

André Bouvard et Annie Rousselot-Balmas, responsable du fonds patrimonial de la bibliothèque municipale de Montbéliard
Catalogue des ouvrages imprimés par Jacques Foillet

André Bouvard, docteur en histoire, vice-président de la Société d’Émulation de Montbéliard
Deux points de vue sur les images, lors du colloque de Montbéliard de 1586

Jean-Louis Alexandre, restaurateur de reliures médiévales, CNRS
Les reliures montbéliardaises autour de Jacques Foillet


Itinéraire spirituel

Pierre Lovy, pasteur, médailleur (Monnaie de Paris)
Luthéranisme, décoration d’églises et images : quelques exemples pris en Allemagne moyenne

 

 

Retour